AVERTISSEMENT : Toute ressemblance avec des personnes existantes est inévitable, mais indépendante de notre volonté !

La direction traite les élu.e.s de gougnafiers…

… Suite à une divergence de vues sur la manière de répondre aux questions de vos élus (les ex-questions DP).

La direction comptait y répondre par écrit uniquement, vos élus souhaitaient pouvoir échanger un minimum. La question n’ayant pas été tranchée, les élus demandent une suspension de séance en tout début de CSE du 18 février, ce qui met en fureur notre direction !

Gougnafier :  nom masculin. (Familier) Bon à rien ou (Familier) Rustre. Rien que ça !

Tout ça parce qu’on chamboulait le planning du CSE et qu’il ne faut pas faire attendre un directeur, quitte à le malmener après pendant son intervention.

Le dialogue social s’améliore, on vous dit !

Mais entre-temps, le coronavirus est passé par là, le dialogue était beaucoup plus apaisé…

 

Baromètre social

Comme tous les 2 ans, la société BVA a présenté les résultats de l’enquête d’octobre dernier réalisée auprès de nous tous.

Ils sont éloquents. L’optimisme des salarié.e.s pour l’avenir de l’ADEME a chuté à 29 %, alors qu’il était encore de 49 % en 2017 et qu’il atteint toujours 66 % dans les entreprises comparables. D’autres indicateurs sont alarmants : seuls 15 % pensent que les évolutions vont dans le bon sens et 69 % sont pessimistes pour leur avenir au sein de l’ADEME.

Un faisceau de causes explique ce niveau de mal-être et la très forte et rapide dégradation : stratégie globale incompréhensible, manque d’écoute, actes et discours discordants, peu de réponse à l’attente croissantes de nos partenaires et de la société pour une réelle transition écologique, suppression incessante de postes, évolution erratiques des missions, perte de sens, charge de travail toujours croissante, temps d’accompagnement et d’adaptation aux nouveaux outils insuffisant, développement de la culture de la performance et de la récompense individuelle.

Cette transformation de l’ADEME, sans état d’âme et sans réelle négociation, est le résultat de RH2020 et des réductions de postes incessantes depuis 2012.

Ces résultats mettent en évidence la dégradation du dialogue social au sein de l’ADEME, à contresens de la lettre de mission du président signée par le ministre de l’Écologie en 2018 !

Force est de constater que les craintes des représentants du personnel sur le projet RH2020, étaient et sont encore fondées.

L’ADEME est attendue par nos partenaires au niveau national, régional et dans les territoires. Elle est également attendue par nos tutelles pour la mise en œuvre efficace des missions qu'elles nous confient.

La démotivation régulière des salariés de l'ADEME contribue à mettre encore plus en péril notre capacité à remplir nos objectifs dans ce contexte de suppression de personnel.

Pour réussir ensemble la transition écologique et solidaire, cessons de démolir l’Agence à petit feu. Redonnons à l’ADEME les moyens de travailler avec sérénité et aux salariés leur motivation !

La direction va-t-elle infléchir sa politique sociale et tenter d'infléchir la perte de postes ?

On se demande à quel point critique la direction va réagir, car pour elle, ce qui se passe est logique mais elle ne peut rien y faire !

La négociation d'un accord "qualité de vie au travail" (!) aurait pu être l'occasion pour la direction de réagir... Hélas, ses propositions sont creuses et nous ne signerons pas cet accord. Nous développons cette position dans un autre article (La CFDT à l'ADEME Les négociations d'accords Qualité de Vie au Travail QVT Baromètre social 2019, voila pourquoi la CFDT ne signera pas l'accord QVT 2020-202.

 

COP 2020-2023 Contrat d’Objectifs et de Performances

L’ADEME prépare le nouveau contrat d’objectifs et de performance 2020 - 2023 qui nous engagera avec l’État sur des indicateurs à suivre et des objectifs à réaliser.

Une première version a été transmise aux élus, complétée par une vingtaine de fiches d’indicateurs.

La CFDT a apprécié que la direction de l’ADEME ait échangé avec la commission Politique et Sociale de l’ex CE et repris certaines des propositions des élus.

Comme quoi le dialogue « élus - direction de l’ADEME » est possible et peut être constructif.

Certes, seule une partie de nos remarques a été reprise, mais la direction a mieux pris en compte les Outre-mer, intégré la pyramide des âges, la transformation nécessaire de la société pour arriver à une société sobre et neutre en carbone en 2050.

Les élus CFDT sont favorables aux grandes orientations de ce COP dont les objectifs sont ambitieux et qui pourraient donner de l’ambition à l’ADEME en reprenant l’agenda 2030 de l’ONU.

MAIS… ce COP entérine la baisse des effectifs (- 66,6 ETP entre 2019 et 2023) !

Et prend peu en compte l’interne (égalité, QVT), ce qui risque d’impacter le climat social.

 

Commissions du CSE

Toujours dans sa grande bonté, la direction nous confirme que la commission Santé Sécurité et Conditions de Travail (CSSCT ex CHSCT) ne sera composée que de 3 membres et la commission économique du CSE que de 5 membres.

Vos élus vont avoir du mal à bien vous défendre avec si peu d’heures disponibles !

Si la CFDT a 2 membres élus à la commission économique, elle n’est plus représentée à la commission Santé Sécurité et Conditions de Travail.

Nous avions proposé un représentant par syndicat mais les autres syndicats ont rejeté cette proposition par le vote.

Nous ne comprenons toujours pas pourquoi…

 

Demande d’annulation d’un avertissement à une salariée du CSE

Nos collègues des autres syndicats, les banderoles rangées, les voici reprenant la gestion du CSE (nouveau nom du comité d’entreprise).

Là, ils deviennent patrons des salariées du CSE et peuvent se permettre d’infliger un avertissement, sans fondement et sans consultation des élus, à une salariée vulnérable et en souffrance, pour laquelle la CFDT a exercé son droit d’alerte auprès des élus du CSE.

Si ce type de situation se produisait à l’ADEME, tous les syndicats monteraient au créneau et assiègeraient les bureaux de la direction afin qu’elle revienne sur sa décision.

Paradoxalement, ces mêmes personnes trouvent normal en tant que patron de procéder à de tels agissements. Ils crient qu’ils veulent faire un procès en diffamation à l’encontre de la CFDT qui dénonce cette situation.

Par souci d’apaisement et pour un fonctionnement serein du CSE et le bien-être de ses salariées, la CFDT a proposé l’annulation de cet avertissement infligé illégalement et la mise en place d’une médiation externe.

Hélas, l'invalidation de la sanction est rejetée par le vote : 8 POUR (CFDT) - 9 CONTRE (CGT SNE).

À la question posée : Iraient-ils jusqu’au licenciement et agiraient-il pareillement ?, le secrétaire du CSE répond qu’il n’a rien à rajouter.

Les syndicats sont là pour négocier l’amélioration des situations individuelles et collectives des salariés, faire de la solidarité ? Oui. Mais pas tous...

 

Fin de l’aide C(S)E aux formations PSD (promotion sociale et développement)

Suite à la dénonciation de la convention de travail, l’aide à la formation PSD se terminera en 2020.

En effet, cet accord permettait d’affecter une partie du budget formation de l’ADEME à l’aide aux formations individuelles à la culture générale et personnelle des salariés devenue Promotion Sociale et Développement.

Les effets, plutôt les bienfaits de notre convention se terminant au 12 juillet 2020, cette aide sera également caduque à la même date.

Les échanges lors du CSE du 18 février ont permis de définir les modalités applicables cette année :
Les dossiers devront être engagées par la DRH avant le 12 juillet, les demandes doivent donc parvenir à la Commission Formation Professionnelle et Emploi au plus tard le 19 juin.

Les formations demandées devront impérativement être réalisées avant début novembre afin que les factures puissent être payées sur le budget 2020 (justificatifs financiers et techniques sont à fournir au plus tard pour mi-novembre). Les formations longues se terminant en 2021 ou plus tard ne seront donc plus éligibles à cette aide.

Le formulaire de demande et les critères d’aide doivent être mis en ligne sur le site du CSE : www.cse-ademe.fr

Les élus CFDT regrettent amèrement cette situation et feront de leur mieux pour que cette aide à la formation à la culture générale et personnelle soit reprise dans un nouvel accord.

 

Évolution de l’infrastructure bureautique

Le directeur de la DIAL nous a présenté le bilan 2019 et les projets 2020 de sa direction.

Les évolutions s’inscrivent dans une démarche d’exemplarité et de sobriété environnementale… vers une labellisation numérique responsable en 2020.

Cela passera notamment par une suppression des serveurs en DR (une charge en moins pour les gentil.le.s correspondant.e.s informatiques ;-)), la généralisation de la nouvelle version d’ADEMEBOX d’octobre 2019 pour tous nos « mes documents », une sauvegarde et un partage facilités.

Mais aussi pour la majorité des DR des débits augmentés et des connexions de secours pour garantir une continuité de fonctionnement.

Le projet Skype, dont la visio a été déployée en janvier, et dont nous pouvons apprécier sa qualité en période de confinement ainsi que la téléphonie qui vient d’être activée en urgence… et du coup la disparition prochaine de notre poste téléphonique sur le bureau !

Enfin, courant 2020, une nouvelle version de Notilus devrait être déployée (choix non arbitré) ainsi que le développement de l’espace de travail digital, un nouvel Intrademe, en mieux, avec accès à tout !

Si, si on nous l’a dit !

On a quand même des questions sur l’impact environnemental des différents choix, sur les quotas Ademebox (20 Go), sur l’importance (même si la direction le sait) de la nécessité d’avoir un accompagnement pour éviter la fracture numérique… À suivre donc.

 

Vos élu.e.s CFDT restent à votre écoute !

Vos élus CFDT, toujours à votre disposition


Titulaires

Suppléants

Céline LUDA

Angers

Brigitte ABIKHALIL

Angers

Muriel ALAMICHEL

Angers

Alice GUEUDET

Angers

Christophe HEVIN

Occitanie - Toulouse

Norbert BOMMENSATT

Montrouge

Isabelle MIGLIORE

Valbonne

Alexandra GENTRIC

Angers

Olivier THEOBALD

Angers

Jacques-Olivier BUDIN

Angers

Sophie ROLANT

Valbonne

Yolein FLAGEAT

Valbonne

Dominique FOURTUNE

Nouvelle Aquitaine
Limoges

Luc BODINEAU

Angers

Mila GALIANO

Valbonne

Céline COCULET

Nouvelle Aquitaine Bordeaux

Pour nous écrire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retrouvez-nous sur notre site : http://www.cfdt-ademe.fr/

Et sur twitter : @cfdtademe

Les derniers Ça s'est dit ...

Les DP, c'est fini !